WILLIAM SHAKESPEARE :

LE GENIE DU THEATRE ANGLAIS
   
I. INTRODUCTION :


William Shakespeare est né le 23 avril 1564 à 8h30 à Stratford-upon-Avon (Angleterre). Il est à la fois l’un des plus célèbres personnages de l’Angleterre, et l’un des plus mystérieux. Si son théâtre, mondialement connu, régulièrement adapté au théâtre et au cinéma, continue à faire l’objet de recherches et d’une véritable communauté shakespearienne internationale, et si ses personnages ont été immortalisés, tels Hamlet ou Roméo et Juliette, sa vie reste très mystérieuse. A tel point que des doutes sur la paternité de son œuvre se sont élevés (Pluton conjoint à Chiron en Poissons = vie mystérieuse, focus d’T carré d’un carré mutable = doutes, au MC = quand à la paternité de son oeuvre).

Le point de vue de l’Astrologie est d’autant plus intéressant, nous permettant de percer une part du mystère du « Grand Will ». Bien entendu, si nous ne pouvons faire ressurgir les aspects de sa vie restés dans l’ombre, nous pouvons grâce à la lumière spirituelle de l’astrologie, partir à la découverte de l’homme lui-même, de sa richesse et de ses motivations profondes, et contribuer à lever des doutes sur la réalisation de son œuvre…

Shakespeare in Love
Shakespeare in Love

 

II. UN CREATEUR HORS PAIR :

Tout d’abord ce thème présente de nombreuses configurations (un « Voilier », une « Maison », des « Ailes de Papillon », une « Enclume » et  un « T carré »!) correspondant à la grande richesse et à la diversité de son œuvre.

Son modèle « Balançoire », fréquent chez les artistes, met en avant sa quête d’harmonie et d’équilibre. Il témoigne de l’importance du domaine relationnel dans sa vie, et sa capacité de l’envisager avec recul pour en avoir une vision globale. La justesse des dialogues et des rapports entre les personnages de ses pièces, totalement basées sur le jeu relationnel, en sont une illustration. Dans les comédies, les héros sont pris dans des quiproquos et confrontés des défis à relever pour se retrouver et harmoniser leurs relations. Dans les drames, les conflits et les trahisons créent toute sortes de déséquilibres.

Cette vision globale octroyée par la « Balançoire » lui a permis, dans chacune de ses pièces, d’entremêler plusieurs intrigues, d’associer des genres opposés, la comédie et le drame, des vers rimés et de la prose, pour en faire une harmonie nouvelle à chaque fois.

Ce modèle correspond bien aux deux types de vie qu’il mena, dans deux villes différentes. Londres fût celle de sa vie sociale et créatrice, où il se consacra au théâtre (groupe de planètes entourant le MC et l’AS). Et Stratford-upon-Avon, sa ville natale, où il se rendait chaque année, fut réservée à la vie familiale et à la gestion de ses biens (groupe proche du FC).

Le génie de ce grand artiste se retrouve à travers sa planète dominante : Vénus (celle-ci maîtrise le Soleil en Taureau et la conjonction Lune -maîtresse de l’AS Cancer-Lune Noire en Balance et elle est en analogie avec le modèle Balançoire). Cette dominante vénusienne témoigne de ses talents artistiques. Il sut donner forme à la beauté (Taureau) et l’harmonie, avec élégance (Balance), à travers l’écriture, les mots, et notamment la poésie. Il porta l’amour et la beauté du langage à leur apogée. Ses textes déclamés en anglais sont d’une merveilleuse sonorité, même lorsqu’on ne les comprend pas, tels un chant ou une musique à la fois profonde et légère (Vénus conjointe à Neptune en Gémeaux = musicalité, beauté du langage et de la poésie).

 


Son autre dominante, Pluton, (focus de la configuration "Bateau", conjoint au MC et à Chiron, planète incisive de la Balançoire et pivot de quatre configurations) nous rappelle qu’il est souvent présenté comme le plus grand dramaturge au monde, à un point tel que « shakespearien » est devenu un adjectif qualifiant les situations dramatiques (Pluton = le drame, en Poissons = dons pour la comédie, la poésie, conjoint à Chiron au MC = dramaturge sortant du lot et ayant  un impact sur le monde entier). 

Cette dominante fait référence à la fois à sa puissance créatrice, à sa capacité à s’extraire de toutes limites et contraintes pour s’exprimer avec une originalité sans cesse renouvelée, et à la profondeur de son œuvre perçant à jour le fonctionnement, les sentiments et les souffrances de l’être humain. Il a d’ailleurs largement dominé le théâtre de son époque. (Pluton conjoint à Chiron = puissance créatrice, originalité en Poisson = sentiments et souffrances, capacité à s’extraire de toutes limites) .

Ses pièces décrivent souvent les sphères du pouvoir. Nombre de ses personnages sont des rois, des princes ou des ducs (Pluton = le pouvoir).

Cette puissance créatrice s’est exprimée à travers ses pièces. Shakespeare a véritablement su mettre en scène le théâtre de la vie. Ses pièces sont tellement vivantes, dynamiques, alertes, qu’elles donnent envie de monter sur scène ! Et cette vitalité reste intacte des siècles après leur création ! Son œuvre n’est jamais statique, ni monotone (Mercure en Bélier au MC = œuvre pleine de vie, de fougue).

Stratford-Upon-Avon
Stratford-Upon-Avon

 

III. SA JEUNESSE A STRATFORD

Il est né le 23 avril 1564 (calendrier Julien), sous le signe du Taureau, à Stratford-upon-Avon. Nous trouvons des allusions à sa date de naissance dans ses pièces :

Sir André : Improviserons-nous quelque divertissement ?
Sir Tobie : Que faire de mieux ?

Ne sommes-nous pas nés sous le signe du Taureau ?
(La Nuit des Rois, I, 3)

Il grandit dans une famille relativement aisée de cette petite ville, située au sud-est de Birmingham. Son père, John Shakespeare, gantier et marchand de laine, occupa même des fonctions municipales (il fut bailli, l’équivalent de maire en 1658). Sa mère, Mary Arden, était la fille d’un propriétaire terrien. Cependant leur famille connu un revers de fortune (Soleil bien aspecté en Taureau = père jouant un rôle de notable, aisance matérielle, Lune au FC maîtresse de l’AS = mère apportant du bien, conjointe à la Lune-Noire = revers de fortune).

L’histoire suppose que le jeune Will ait suivi l’enseignement très sérieux, et gratuit, que les «grammar school » Elisabéthaines délivraient à l’époque aux enfants jusqu’à leur adolescence. Ils y apprenaient le latin à travers l’étude des grands historiens, poètes, dramaturges, et autres auteurs (Sénèque, Plaute, Cicéron, etc…), et le grec (en moins poussé).

Une amusante référence à cet enseignement, parfois lourd et rigide, se trouve dans une scène des « Joyeuses Comères de Windsor » (IV,1). Un curé y fait réciter à un jeune garçon, prénommé William (!), ses déclinaisons latines d’une manière tout à fait ridicule. Cette scène laisse supposer que le grand Will connaissait bien ce type d’éducation… (Saturne inaspecté à l’AS Cancer = culture traditionnelle, rigidité, Mercure carré à Mars = apprentissage sous l’autorité, mais Mercure sextil à Vénus = éveil de l’amour du langage et de la connaissance).

Les doutes quand à la paternité de son œuvre s’appuient en partie, sur le fait qu’il ne soit pas allé à l’université, contrairement à certains de ses contemporains qui firent une carrière de dramaturge (Christopher Marlowe, Robert Green, … etc). On peut alors à se demander, comment il a pu acquérir toutes les connaissances émaillant son œuvre... On oublie que l’enseignement universitaire de l’époque était seulement axé sur la médecine, le droit, la théologie et non sur la littérature…

Et contrairement à ce que laisse supposer la célèbre formule de Ben Jonson[1] selon laquelle Shakespeare connaissait peu de latin et encore moins de grec « small Latin and less Greek », le bagage donné par les « grammar school » était très complet. Elles offraient autant d’érudition en matière de belles lettres qu’il était possible d’en avoir.

De plus, on a souvent trop tendance à croire que les hautes connaissances sont l’apanage des seules universités. Le thème du dramaturge témoigne d’une profonde sagesse basées sur le vécu intérieur de connaissances spirituelles et universelles. Ces connaissances ésotériques n’étaient, de toutes façons, pas enseignées à l’université et relevaient davantage d’un enseignement occulte. Elles ont largement contribué à la vérité et à la profondeur de son œuvre, au moins autant que sa culture littéraire (Jupiter trigone à Uranus et sextil à Neptune = sagesse basée sur le vécu intérieur de connaissances spirituelles et universelles).

IV. LES ANNEES PERDUES

En 1582, nous retrouvons le jeune William (dix-huit ans) marié à Anne Hataway, de huit ans son aînée. Six mois plus tard, en 1583, elle met au monde une fille Susanne... Elle fut suivie par des jumeaux Hamnet et Judith en 1585 (Saturne inaspecté à AS Cancer et Lune-Lune Noire au FC en Balance = responsabilités familiales, Vénus en Gémeaux = précoces ). A partir de cette date et pendant sept ans, l’histoire a perdu toute trace du futur grand poète. Cette période, souvent désignée comme « les années perdues », est riche en conjectures les plus diverses.

Il est intéressant de noter que ces années (1585-1592) correspondent exactement à la septaine de la sensibilité[2](21-28 ans) essentielle pour un artiste ayant de plus une dominante vénusienne (septaine liée au Soleil et à Vénus) ! Cette période était donc particulièrement propice à la découverte de son idéal., et correspondait en outre quasi exactement au transit d’Uranus en Poisson !

En effet, au moment du baptême de ses jumeaux (il avait 21 ans), dernière trace que nous avons de lui pendant cette septaine, Uranus se trouvait au tout début des Poissons, signe de grande sensibilité, des dons pour la comédie et la poésie, dans sa maison IX, celle de la vocation, de l’idéal. La planète de la Liberté (Uranus) a réveillé sa vocation et sa sensibilité d’artiste, lui donnant envie de changer de vie (les Poissons) et de découvrir de nouveaux horizons (maison IX). Stratford, ville de marchés animée, était au carrefour de routes pour de grandes villes anglaises. Elle accueillait régulièrement des troupes de comédiens ayant pu éveiller chez le jeune Will son amour du théâtre.

Peut-être a-t-il aussi « rencontré » un enseignement spirituel pendant cette période qui aura nourri sa sensibilité et son inspiration lui permettant de développer sa sagesse ? (Vénus = la sensibilité conjointe à Neptune en XII = la spiritualité, l’inspiration, lui même sextil à Jupiter = la Sagesse, transit d’Uranus en Poissons en IX = quête spirituelle ).


LONDRES ET LE SUCCES

Il quittera sa ville natale durant cette période. C’est en 1592, et à Londres, que nous retrouvons Shakespeare. Une double allusion, faite dans un pamphlet de Robert Greene, témoigne du début de réussite du dramaturge, suscitant la jalousie de son confrère (Uranus transitait sa maison X et entrait en Bélier = affirmation de son génie, début de la célébrité, Jupiter transitait le Sagittaire = expansion et  s’approchait de son Nœud Nord = opportunité d’aller vers son but de vie).

Film Henri V
Film Henri V

En effet, ses premières pièces exaltaient l’histoire anglaise. Ce genre était très en vogue dans une Angleterre en pleine expansion, en quête d’identité et de valeurs nationales (Henri V est un modèle du genre). Ces drames historiques, d’une ampleur et d’une complexité entièrement nouvelle, traversés d’un véritable souffle épique, trouvèrent un large écho chez le public londonien, et le conduisirent à la célébrité. (Saturne à AS Cancer = attrait pour l’histoire, capacité à associer rigueur et imagination, Lune-Lune-Noire en FC  sextil à Jupiter en Lion =ampleur, souffle épique, passé à la fois grandiose et chaotique de la noblesse).

Il profita de la longue épidémie de peste ayant entraîné la fermeture des théâtres (1593-94) pour écrire des recueils de poèmes. Le premier d’entre eux rencontra un succès considérable puisqu’il fut réimprimé 16 fois avant 1640. Il était l’expression même de sa dominante vénusienne : il s’appelait  « Vénus et Adonis » !  Il fut suivi du « Viol de Lucrèce » et des « Sonnets » qui furent aussi largement appréciés. Ces poèmes, célébrant les joies et les souffrances de l’amour, sont réputés parmi les plus beaux de la langue anglaise. Ils donnèrent à leur auteur la réputation d’un poète de l’Amour et firent dire de lui « Sa poésie la plus douce compte des lignes qui vous ravissent le cœur » (Vénus, planète dominante, conjointe à Neptune = l’Amour,  en XII = la poésie ravissant le cœur, en trigone d’air à la Lune en Balance-maîtresse de l’As Cancer = douceur dans l’écriture).

 

Le Globe
Le Globe

V L'HOMME DE THEATRE ACCOMPLI

A la fin 1594, et jusqu’à la fin de sa carrière, ce qui est rare, il fît partie, en tant qu’acteur et auteur, de la troupe protégée par le Lord Chambellan. Il écrivit pour elle toute son œuvre dramatique. A partir de 1599, année de la construction du « Globe », le plus grand théâtre londonien, il devint actionnaire, et un homme de théâtre à part entière. Il était déjà à cette époque acclamé comme un auteur dramatique des plus éminents (configuration « Maison » = créativité vécue à tous les niveaux de son être et le reflétant pleinement, Soleil focus en Taureau = concentration sur son art et stabilité dans sa manifestation).

Sa réussite ne fît que grandir. En effet, avec l’avènement du roi Jacques 1er, en 1603, la troupe de Shakespeare devint royale. Le roi appelait souvent ses comédiens à jouer devant la cour,  se montrait beaucoup plus généreux envers eux que ne le fût la reine Elizabeth. Les comédiens du roi furent même en mesure d’acheter le bail d’un ancien couvent les « Blackfriars » (1608) pour y donner des représentations en alternance avec le « Globe » (Jupiter  très bien aspecté, en Lion, en II = protection royale contribuant à l’expression et l’expansion de sa créativité, abondance) .

Grâce au succès lui ayant souri très tôt, il put dès 1597 acheter l’une des plus belles maisons de Stratford. En 1605, il était devenu riche et veillait avec attention à la bonne gestion de son patrimoine. Il possédait des terres et des pâturages dans sa région natale, dont il avait même acquit le droit de percevoir des dîmes. En 1613, il acheta encore une maison à Londres (Jupiter en maison II en Lion =  abondance grâce à l’expression de sa créativité, Soleil en Taureau focus de la configuration « Maison » = capacité à faire fructifier ses dons, richesse matérielle fruit de la manifestation de sa richesse intérieure,  propriétaire terrien et gestionnaire avisé).

Armoiries de Shakespeare
Armoiries de Shakespeare

A partir de 1610, il s’installa définitivement dans sa grande maison de Stratford tout en continuant de retourner à Londres (transit de Neptune en Vierge au FC = retour aux sources, au calme). Ses deux dernières pièces furent « La Tempête » jouée en 1611 et « Henri VIII » jouée au « Globe » le 29 juin 1613 date à laquelle ce théâtre fut détruit par un incendie (transit de Saturne en Bélier en carré à son Mars natal = remise en question par rapport à l’action, Nœud Nord sur le Soleil en Taureau = détachement de la forme). Malgré la reconstruction de ce dernier, Shakespeare cessa, à partir de 1614, ses voyages vers la capitale. Il finit sa vie en gentilhomme prospère. En effet, anobli à sa propre demande en 1596, il avait obtenu le droit de porter des armoiries.

Il mourut le jour même de ses 52 ans, le 23 avril 1616. Ceci n’est pas sans rappeler sa dominante vénusienne. En effet, Vénus est la planète ayant l’orbite la plus « parfaite » (la plus ronde). Le fait qu’il meure le jour même de sa naissance ( le 23 avril) évoque l’accomplissement quasi parfait d’un cycle. On peut en déduire qu’il avait pleinement réalisé sa mission artistique (Vénus). Ceci est confirmé par le fait que cette période ait coïncidé avec son retour de Chiron, évoquant aussi un accomplissement dans ce domaine.

Véronique Agranier