PARACELSE LE REVOLUTIONNAIRE DE LA MEDECINE 

 

Ce médecin de génie, qui fût aussi astrologue et alchimiste appartenait au courant des Rosecroix. Son fort côté Scorpion (Soleil, Mercure et Pluton dans ce signe) le fait souvent apparaître comme un personnage à la fois mystérieux et haut en couleurs, véhiculant une forte odeur de souffre et de magie

Né le 10 novembre 1493 à Einsiedeln, près de Zurich, il passa les 9 premières années de sa vie dans cette région aux paysages grandioses. Son père, médecin, l’emmenait dans de longues promenades à la recherche de plantes médicinales. Elles ont contribué à nourrir la véritable vénération que Paracelse a toujours voué à la  Nature et à sa sagesse  (modèle « bol » et Lune en Sagittaire = grande sensibilité à la nature).

 

Il fut d'ailleurs le premier à donner, en 1535, une classification des êtres élémentaires avec Le livre des nymphes, des sylphes, des pygmées, des salamandres et de tous les autres esprits.

Il voyagea énormément à travers l’Europe. Son ouverture d’esprit et sa curiosité lui permirent d’apprendre de multiples techniques de guérisons, ce qui apporta une grande richesse à son art de la médecine (Soleil en sextil à Uranus = ouverture à la nouveauté).

Il ne reculait devant aucun défi. A une époque où les médecins ne pratiquaient que la médecine interne, la chirurgie étant en général dévolue aux barbiers, il exerça plusieurs années en tant que chirurgien des armées, et ce dans des conditions parfois très difficiles (Soleil en Scorpion = capacité à relever tous les défis, Pluton dans ce signe au MC = le chirurgien).

Son amour profond de la connaissance et sa soif de vérité l’ont farouchement opposé au savoir uniquement livresque. Il reliait toujours les connaissances à l’expérimentation afin de se forger sa propre sagesse. Il ne restait pas prisonnier de théories arriérées. Sa pensée possédait une grande capacité de détachement et d’élévation lui permettant de percer le voile des apparences pour se concentrer sur l’essentiel (trigone Jupiter-Mars, en terre, en triangle mineur sur la conjonction Mercure-Pluton = soif de vérité et de connaissance associées à la mise en pratique)

 

Il s'intéressait à la matière et aux expériences scientifiques, mais avec un regard spirituel. Pour lui la matière était la manifestation de forces spirituelles, elle en portait donc les signes. Il était capable de les percevoir, là où d'autres ne les voyaient pas (Saturne maître d’AS = la science, Mercure en Scorpion sextil à Neptune = perception du spirituel au delà des apparences).

Il était aussi un éminent astrologue (Soleil sextil à Uranus en XI = l’astrologie). En effet, il considérait l’astrologie essentielle à toute pratique médicale. Pour lui le ciel et les astres ne se résumaient pas aux corps visibles, mais faisaient partie d'une dimension invisible pénétrant l’être humain ainsi que toute chose. Le ciel extérieur renvoyait au ciel intérieur et le renseignait sur les déséquilibres profonds « Les astres inclinent mais ne déterminent pas » (Lune en Sagittaire en  XI =  la sagesse des astres).

C'est cette grande perspicacité qui lui a permis d'exercer des guérisons miraculeuses pour l'époque, car il était à même de percevoir la cause de la maladie. Il pouvait ainsi trouver ce dont le patient avait besoin pour guérir « Il n'est aucune maladie assez grave pour ne pas avoir reçu de Dieu un remède».

Par ailleurs, il réforma l'enseignement de la médecine. Il fut, en effet, le premier à donner des cours en allemand, et non plus en latin, afin de les mettre à la portée de tous (Pluton conjoint à Mercure en Scorpion = mutation de l'enseignement)

 

En ce début de la période matérialiste, l'être humain se retrouvait coupé du monde spirituel et commençait à ne plus s'intéresser qu'aux phénomènes matériels. Le danger était qu'il oublie totalement la sagesse liée à son lien passé avec le monde de l'esprit. Le but de Paracelse était d'insuffler à la médecine une vraie sagesse à la fois basée sur de véritables connaissances spirituelles et sur des expériences scientifiques (Nœud Nord = But de vie, en Balance, en IX = Sagesse reposant sur un équilibre entre spirituel et matériel).

Il voulait redonner son sens profond à cet art qui semblait avoir oublié sa véritable mission de guérison En effet, vide de sens et de sagesse, la médecine de l'époque était en pleine dégénérescence. Elle ne se basait quasiment plus que sur les théories et citations des médecins de l'antiquité (Galien, Avicenne,...) apprises et de récitées par cœur! Niant la réalité de nouvelles maladies, les médecins contemporains de Paracelse en oubliaient d'examiner leurs patients. Ils contribuaient donc souvent à empirer l'état des malades au lieu de les guérir.

Les idées de ce dernier étaient donc révolutionnaires pour l’époque. Et sa vision profonde ne se laissait pas piéger par les apparences du système. Il en percevait facilement les failles. D’un caractère entier, très combatif, voire indomptable, il n’était pas homme à composer avec le mal qui rongeait la médecine et le monde à cette époque. Il ne pouvait que le dénoncer et le combattre. « Ce n’est pas la connaissance de Galien qui fait le médecin, mais le regard toujours neuf toujours perspicace qui pénètre au cœur des choses »  (Mars planète dominante à l’As  et son fort côté scorpion).

Monument dédié à Paracelse en Bavière à Beratzhausen
Monument dédié à Paracelse en Bavière à Beratzhausen

Il a donc lutté toute sa vie pour faire triompher la vérité et créer une brèche dans plusieurs siècles d’habitudes néfastes. Il s’éleva contre cette médecine d’apparat et de faux semblants, abstraite et déshumanisée, car trop intéressée par l'argent et pas assez par les malades (Lune en Sagittaire carrée à Jupiter = la médecine abstraite et corrompue). Pour Paracelse, le médecin devait être vertueux et avoir le cœur pur, c’est à dire être honnête et intègre « Le médecin doit être un agneau » «L'art et l'œuvre doivent surgir de l'amour, hors de là point de perfection»  (Jupiter = le médecin, en Vierge = la pureté).

Il a tout mis en œuvre pour affirmer et faire de la place à une médecine nourrie d’une véritable philosophie, sachant relier par sa vision globale, l’homme à l’univers tout entier. D'un engagement sans faille par rapport à son idéal, et d’une très grande persévérance, il renonça à la richesse et à la reconnaissance d'un médecin établi pour aller jusqu'au bout de sa mission (Nœud Nord en Balance, en IX = l’art de la médecine retrouvant sa philosophie ; As Capricorne= persévérance, lâcher un rôle social pour jouer son rôle spirituel).

Il ne pouvait que rencontrer beaucoup d’oppositions et d’obstacles à cause de la fermeture d'esprit et du dogmatisme de l'époque. Son refus de toute forme de compromission, et sa lutte permanente contre l’ordre établi, le priveront d'intégration sociale et lui devront de faire face à des trahisons et de fausses accusations. Plusieurs fois sur le point d'être arrêté, il ne devra sa liberté qu'à des départs précipités (Lune Noire en Balance  =trahisons relationnelles, en IX = fermeture, dogmatisme).

Par ailleurs, il était joyeux, aimant rire et sachant profiter des bons moments de l’existence. Très sensible, il était empreint d'une profonde compassion et d'une grande générosité pour ses malades. S'il faisait payer les riches, il soignait gratuitement les pauvres (Lune et Vénus en Sagittaire = joie et générosité, Neptune en XII = compassion).

 

Il a laissé une œuvre considérable. Malgré ses incessants voyages, il n'a jamais cessé d'écrire. Plus de huit mille pages ont été imprimées. Ses œuvres médicales souvent percutantes, sont de véritables œuvres de combat (Jupiter trigone à Mars en triangle mineur sur Mercure-Pluton = œuvre pléthorique et percutante).

Paracelse était aussi alchimiste. Pour lui, un médecin digne de ce nom, se devait de l’être. Cette science reposait sur le vécu des étapes nécessaires à la transformation de ce qu'il y a de plus rigide en soi (symboliquement le plomb), pour révéler ce qu’il y a de plus pur (l’or).  (Saturne=le plomb, carré au Soleil=l’or).

Il appliqua les lois alchimiques, qu'il maîtrisait, au domaine médical, afin d'extraire l'essence des plantes et ainsi améliorer la qualité de ses remèdes. Cette nouvelle forme de médecine, qu'il nomma spagyrie, est à nouveau développée aujourd'hui et donne d’excellents résultats«1'homme est né pour transformer le monde pour le conduire vers un état de plus grande perfection » (Soleil et Pluton en Scorpion = l’alchimie).

Paracelse contribua donner l’impulsion d’une médecine spirituelle moderne. Ses efforts et ses recherches ont créé une base contribuant à l’essor de celle qui se développe aujourd’hui.