Une approche révolutionnaire avec la pensée trinitaire !

Elle est issue de la connaissance de l’être humain dont le fonctionnement est trinitaire. Cela a conduit l’auteur à aborder et redéfinir les signes et les planètes d’une manière nouvelle. Il n’y a pas de bon ou de mauvais signes, planètes, ou thèmes. Tout à un sens évolutif qui permet de trouver des solutions créatrices dans tous les domaines de la vie.

 

Cette approche révolutionnaire nous aide à sortir de la dualité (comportements soit en excès, le « trop » ou en défaut, le « pas assez »…) qui rend les choix délicats et non évolutifs. Nous pouvons alors identifier clairement nos limites pour mieux les dépasser en trouvant la « troisième solution » créatrice et porteuse d’espérance.

 

Par exemple, on parle très souvent des défauts, en faisant référence à des comportements basés sur un « pas assez ». Mais on oublie la plupart du temps que ces défauts ne sont que la suite logique, le résultat, d’un comportement en excès. Il est essentiel de voir en face que l’excès est une faiblesse qui va induire ensuite un « pas assez » qui sera en réalité une compensation négative.

 

Voici un exemple avec le signe de la Balance : l’un de ses défauts bien connus est l’indécision. Elle a du mal à faire des choix et passe beaucoup de temps à osciller. Or, on a tendance à oublier que ce comportement est la suite logique d’un excès, comme la dépendance relationnelle. Elle veut tellement entrer en relation que, pour cela, elle est prête à gommer son individualité afin de plaire à l’autre et créer des affinités. Ceci la rend très dépendante et elle finit par en oublier ce qu’elle veut vraiment. De plus, ses choix deviennent d’autant plus difficiles qu’elle a peur de déplaire.

 

Une fois qu’elle a identifié ces deux extrêmes, elle peut alors s’élever au dessus pour trouver la vraie solution. Puisque ce qu’elle veut, c’est la relation et que c’est à travers elle qu’elle va progresser, étant un signe vénusien (Venus = relation), elle a besoin de comprendre que, pour qu’il y ait une vraie rencontre ou relation, elle a tout d’abord besoin d’exister pleinement par elle-même. Il lui faut saisir son identité profonde qui, elle, est au-delà des apparences et choisir ce qu’elle veut en propre. En y arrivant indépendamment des autres, elle osera davantage être elle-même dans ses relations. Elle exprimera sa différence et sera ouverte à celle de l’autre. Elle saura partager qui elle est avec autrui et trouver l’équilibre entre elle et l’autre.

 

Voyons ce qu’il en est pour une planète : Saturne est souvent vu comme le grand maléfique car il est trop identifié aux comportements en défaut qu’il génère, par exemple, la froideur. Là encore, on oublie que ce défaut n’est que la conséquence de comportements en excès comme, par exemple, le forcing. On doit faire quelque chose, on le fait sans se poser les bonnes questions, en se forçant et on n’écoute pas son cœur. Alors, on devient froid car le cœur n’a plus voie au chapitre. La troisième solution pour s’élever au-dessus des deux pôles sera, par exemple, l’individualisation1. On va chercher le sens de ce que l’on a à faire et pourquoi c’est si important pour nous…S’il y a une vraie raison, elle nous est propre, alors à nous de la découvrir. On trouvera ainsi une motivation qui nous aidera à nous sentir libre dans cet acte. On sera alors plus présent, à l’écoute de ce que l’on ressent intérieurement. On pourra aimer ce que l’on fait et l’accomplir avec chaleur.

 

La pensée trinitaire est développée dans le livre de Pierre Lassalle  : Astrologie Sophianique aux Eds Terre de Lumière